Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GAETAN DESCHAMPS (Auteur, Parolier...)

GAETAN DESCHAMPS (Auteur, Parolier...)

Découvrez ici les mots, poésies et paroles de Gaëtan DESCHAMPS

Bordel de corps !

Bordel de corps !

 

C’est bon je respire. Mais c’est bon je vous dis je respire ! Laissez moi de l’air à la fin ! Allez voir mes vieux, ils ont préparé une petite sauterie, cocktail, petits fours et tout le toutim. 

 

Mon père il s’y connait niveau bouffe, c’est son taff. C’est comme ça qu’ils se sont rencontrés avec ma mère. Oui, sur les marchés, maman est chef de rayon pour une grande surface et papa est chef cuisinier pour un grand restaurant. Alors surement qu’entre deux caisses de légumes ou de poissons pour leurs boites respectives, leurs regards se sont croisés. Avec des yeux pareils, des vrais machines à malices ces deux là, ça ne pouvait pas ne pas faire un petit bout de chemin.  

 

Ils se sont mariés il y a quelques mois et ce qui devait arriver arriva : NOUS VOILA !!! Ben d’ailleurs il est où mon frère ? Oh ! Hermann qu’est  - ce que tu branles ? T’es parti draguer une infirmière ? Hermann ? Hermanito, petit frère ? Hey ! Mais vous partez vous aussi ? Oh me laissez pas seul ! Oh ! Papa ! Maman ! Le soleil, oui c’est ça le soleil ! Barrons nous, que ses rayons nous réchauffent, que sa lumière nous éclaire. Il y aura des lucioles, une princesse à lunettes pour me cajoler ! Des câlins, des barbecues, des disques qui tournent ! Trois points essentiels pour nous protéger du monde ! Ca y’est on y est ?  Oui ! Génial ! Comment ça on doit partir ? Déjà ? Mais le soleil ? La princesse à lunettes ?

 

Papa veut monter son restaurant, être un chef sans avoir de chef. Pourquoi le ciel est gris  soudainement ? Allez à l’école pourquoi ? Une autre princesse à lunettes ? Oui on doit se marier nous aussi, c’est prévu lundi matin pendant la récré. Au dernier moment, du haut de ses cinq ans, elle se débine. Ses parents lui ont dit que j’étais pas fait pour elle. L’amour un jeux d’enfant ? Mon cul !!!! Où est ma première princesse à lunettes ? Où est le soleil ?    

 

J’entend papa et maman dire que petit à petit je vais changer d’école. Pourquoi ? Elle est  bien cette école, contrairement à l’autre, qui avait dit à maman le jour de la rentrée, qui ne voulait pas de moi. Pourquoi ? J’ai pas le rythme, je suis trop lent par rapports aux autres.

Un matin peu après mon bol de Rice Krispies, j’entend la sonnette, ma mère va ouvrir, un monsieur en blouse blanche m’arrache des bras de maman, me colle dans une bagnole à l’intérieur type années 80. A coté de moi, deux filles me regardent ahuries pleurer toute les larmes de mon corps. Est - ce que quelqu’un peut me dire ce qu’il se passe ? J’arrive dans un endroit toitures de tuiles rouges, murs blancs. Je vois des gens qui bavent, qui locutionnent des logorrhées incompréhensibles… Anne Sophie, unes des filles de la bagnole, semble comme moi. Sans s’en rendre compte elle me rassure un peu, plus tard on jouera au docteur à s’entremêler nos maladresses… Mais pourquoi elle se déplace dans un truc à roulettes ? Pour elle, tout ça semble normal. J’ai envie de faire pipi, on va surement m’amener aux toilettes…  «Bouge pas on t’amène le pistolet ! ». Au secours ils veulent me tuer ! Ouf c’est juste un accessoire adapté pour pisser… Adapter, bilan, flexum de coudes… Ils me demandent d’attraper des choses que je n’arrive pas à attraper, me répètent sans cesses de me tenir droit… Ok je crois que c’est mon corps qui est jugé coupable. Plus exactement mes synapses, y’a un buzz dans la prise jack, le message électrique passe mal. Handicapé ? Infirme Moteur Cérébral !  Mais oui c’est bien sur bordel !

 

Qu’est que je fous là dedans ? Oh y’a une erreur de livraison allo ? Je veux jouer au foot avec mon cousin Johann et plus tard je voudrais embrasser des filles. Là qu’est ce que tu veux que je joue au foot. Bon d’accord Johann m’accroche sur le porte bagage de sa mobylette et c’est parti pour l’infini. C’est mon cousin Johann, mais c’est mon grand frère, comme tous les grands frères il terrorise les petits. Lui il m’enferme dans le noir dans les toilettes ! « Johann arrête de terroriser ce pauvre enfant ! », qu’elle lui gueule sa mère. Je balise, je flippe mais au fond je trouve ça rigolo qu’on me taquine, qu’on se foute un peu de ma gueule, ça me rend normal ! Niveau filles, je sais d’avance que ça sera le bordel. Qu’est ce que tu veux que j’enlace avec mes bras tous spastiques, qu’est que tu veux que je caresse avec mes mains de crabes. Qu’est ce que tu veux que j’embrasse, je sais bien que ma langue n’est pas très mobile, pourtant j’ai une furieuse envie d’embrasser tout ce qui bouge… Pas par collection non, plus par compensation, mon corps est trop petit pour moi, résultat des courses j’ai un surplus d’amour au coeur. Puis faut le dire j’ai des yeux coquins et les yeux coquins ça tombent amoureux au moindre petit courant d’air de charme. Putain c’est pas mon corps, j’exige un retour à l’envoyeur, je dénonce une publicité mensongère. Je refuse de cohabiter dans ce taudis. C’est un cauchemar, apaisez moi, touchez moi, baisez moi ! Je suis citoyen de la planète terre, mais je vois bien que tout le monde me prend pour un extraterrestre. Blottissez moi, juste deux secondes, le temps de monter sur scène, de focaliser les regards…       

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mégane 23/02/2017 17:35

Ce texte m'a touché, j'aime lire et ce texte me fait penser au livre "ou on va papa" de Jean Louis Fournier
Je vais lire d'autre de vos articles!

Gaetan DESCHAMPS alias ROLLINGMAN 24/02/2017 23:03

Bonjour Mégane,

Je vois tout à fait de quel bouquin vous voulez parler, y'a peut être un peu de ça inconsciemment. Mais moi je me place avec les yeux du petit garçon que j'étais où et de l'homme que je m'acharne à être chaque jours....

Merci beaucoup en tout cas, n'hésitez pas à lire commenter partager ou même critiquer d'autres articles ou poème du blog !