Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
GAETAN DESCHAMPS (Auteur, Parolier...)

GAETAN DESCHAMPS (Auteur, Parolier...)

Découvrez ici les mots, poésies et paroles de Gaëtan DESCHAMPS

EVADE TOI

Préambule :

 

Janvier 2017 est  l’année du 50ème anniversaire de la sortie du premier album éponyme des DOORS. 

 

On me demande souvent : « Pourquoi les Doors ? Pourquoi à 35ans passé tu écoutes encore un groupe que tu écoutais à 13ans ? Pourquoi à 35ans passé tu as besoin de mettre la réplique du collier de Jim Morrison (qu’il porte sur le poster préféré des adolescents) ? Pourquoi tu revendiques que James Douglas Morrison a eu une influence sur ton choix de faire de la poésie, alors que vos écritures ne se ressemblent pas vraiment ?

 

Je tente de livrer ici en toute humilité un début de réponse.

 

J’ouvre le bal avec : BREAK ON THROUGH (to the other side), en français : Evade toi de l’autre coté ! Je ne suis pas un auteur anglophone, je fais donc le choix d’écrire dans ma langue. Je ne propose pas de traduction au sens propre, il s’agit ici d’une retranscription personnelle et émotive. Que peut provoquer Break on through et les autres chanson de l’album des Doors dans la tête d’un gamin sanglé de partout dans son fauteuil roulant ?

 

Tout le monde est entré ?

Tout le monde est entré ?

La cérémonie peut commencer

 

BONNE LECTURE 

——————————————————————————————

 

EVADE TOI

 

« Marre de ces frustrations tout autour, marre de ces frustrations tout autour, marre de ces frustrations tout autour ! »

 

Ca a commencé comme ça, comme une nouvelle bossa nova dopée par une intense visite d’énergie. Crosstick sur le joystick, peps d’une caisse claire, ronron, caresse de ride… Il lui fallait rythmer sa vie ! 

 

Il en avait assez de douter, il ferma les yeux, inclina la tête en arrière pour libérer ses pensées bordéliques :

 

« Tu sais le jour détruit la nuit

   La nuit divise le jour » 

 

Injection d’extase des jours qui défilent sans pouvoir les croquer. Il essaya de courir, tenta de se cacher pour s’évader de l’autre coté. De l’autre coté de quoi ? Mais du côté de sa face ligotée bien sûr... Il fallait faire voler les poids, il fallait faire exploser les poulies grinçantes de routine… Voilà de quoi il fallait s’évader bordel, de ces regards juchés le jugeant anormal !  

 

Anormal, mais à force de cris et de charismes, venus tout droit de ce petit jeu qui consistait à devenir possédé, à s’extraire de son corps pour le faire danser, il explosa mentalement ses carcans, les cris se transformèrent alors en un refrain de fulgurance vitale exhortant ses muses jusqu’ici enfermées : 

 

« Evade toi de l’autre coté

   Evade toi de l’autre coté

   Evade toi de l’autre coté »

 

Capsule de rock intemporelle 

Cérébrale motrice infirmité

La poésie en sentinelle

Miracle de curiosité  

 

 

Dès lors ses muses et lui s’acharnèrent ici ou là à chasser des plaisirs et déterrer les trésors. Il fallait bien tenter le coup au risque d’oublier que ça pouvait faire mal, au risque d’oublier qu’un jour il faudrait pleurer. Il fallait quoi qu'il en coûte : « S’évader de l’autre coté ».

 

Les plaisirs cachés se démultiplièrent en un son d’orgue orgiaque et orgasmique : « Gloire à Dionysos ! Lupanar à Sisyphe ! ». Bal d’enfants sauvages et de muses alanguis, ce n’était pas une simple débauche non c’était une infinie montée des possibles. Un millier de muses, un millier de frissons…

 

Des muses belles et planantes, des rousses à peau douce, des panthères noires s’embrasant à pleine bouche… 

 

« Des muses que tout le monde aimait

   Des muses que tout le monde aimait     

   Des muses que tout le monde aimait      

   Des muses qui planaient

   Des muses qui planaient 

   Des muses qui planaient » 

 

Il trouva une île dans leurs bras

Et un pays dans leurs yeux

A s’enchainer du cinéma

Du mensonge en aveu 

 

 L’extase fut si belle qu’il s’avérera que tout cela n’était effectivement qu’une vision. Certains sont nés pour les plaisirs de la vie, d’autres pour le voyage au bout de la nuit. Il ne pouvait pas se rappeler où cela s’était déroulé. Ce rêve avait il cessé ?

 

Tant pis il avait été dans le coup de semaine en semaine, de jour en jour… Il avait ouvert les portes, il avait saisi une brèche, une ouverture directe, puissante et profonde.

 

« Marre de ces frustrations tout autour, marre de ces frustrations tout autour, marre de ces frustrations tout autour ! Evade toi ! évade toi ! évade toi ! »

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jackotte 05/01/2017 18:36

Merci gaetan
accroche toi a ce projet
je serai toujours derrière toi et pas seulement pour ta poésie
tu restes pour moi un ami talentueux que je respecte